(Publié le 18 Février 2016)Bolivie isla del sol

 

 

 

 

 

     Ça vous est forcément arrivé : On vous a dit, à plusieurs reprises, tout le bien qu'on pense d'un film, d'un livre, d'une recette, vous faites confiance à vos amis qui après tout sont aussi là pour ça, et bing !, la grosse déception, le truc à vous faire douter du bon goût des copains.

Ça marche aussi, en voyage, pour les in-con-tour-naaaables, les trucs-à-faire-une-fois-dans-sa-vie et tant qu'à faire avant de mourir. Dans le genre, tout le monde encense l'Isla del sol, l'île du soleil. Testez autour de vous, les visiteurs sont unanimes, tous enchantés de leur séjour. Et je me réjouissais d'autant plus de m'y rendre qu'elle est située sur le lac Titicaca, mon grand coup de cœur de la première partie de mon séjour sud-américain (ici mon premier article sur le Titicaca).

Mais patatras ! Un mythe s'effondre.

 

Isla del sol 20

 

     Depuis Copacabana, petite ville située en bord de lac, et après 1h30 à 2h00 de trajet, le petit ferry me dépose au village sud de l'île: Yumani. L'Isla del Sol se mérite et à peine débarqué il faut se coltiner une bonne grimpetteIsla del sol - Bienvenue tout en escaliers qui est fatale aux personnes non acclimatées : nous sommes à plus de 3800m d'altitude et l'oxygène fréquente moins ces contrées.
Au sommet, un tantinet essoufflé, je pénètre dans gringo-land: un hôtel touche l'autre, les restaurants s'intercalent, et là dedans se logent quelques épiceries. Ça parle français, anglais, russe et quand même aussi espagnol. Et puis (surtout ?) ça attend le contenu de votre porte-monnaie. Je n'ai pas aimé ce premier contact d'autant que les autochtones ont des gènes français : ils tirent la gueule au premier touriste qu'ils croisent, ce qui arrive tout de même souvent. Il y a heureusement des bars-restaurants sur les hauteurs qui ont eu la bonne idée d'offrir de larges baies vitrées sur le lac, ça compense, le paysage n'est tout de même pas vilain.

     Une nuit de sommeil plus tard, et prêt à oublier cette première approche mi-figue-mi-raisin, je me lance dans une balade de quelques heures, recommandée par tous, le tour de l'île. Je suis trop impatient de découvrir les baies, les plages, les hameaux vivants aux coutumes préservées, les reflets du soleil sur le lac, tout ce qui m'avait tant enthousiasmé lors de la visite de l'île Taquile et plus encore sur la presqu'île Capachica.


 

     Je quitte donc la concentration d'hôtels-restaurants et me lance sur le chemin Isla del sol - Chemin des crêtesbien tracé qui longe les crêtes, 100 à 150 mètres au dessus du lac. On profite certes de jolies vues mais l'endroit est désert de chez désert. Il faut bien chercher pour trouver trace du travail des hommes. Après 2 bonnes heures de marche qui m'amènent au nord de l'île dans un décor qui n'a pas varié d'un pouce depuis mon départ, j'aborde le premier village, Challapampa, au plus près du lac. Pensez si je me réjouis, loin des touristes à moi l'authentique vie locale, la beauté des champs cultivés, les autochtones qui guident les petits troupeaux.

Ah ben oui mais non. J'entends d'abord brailler à tue-tête, des guitares, des trucs qui font pouët, puis la vision cauchemardesque : une plage avec plantées dessus quelques dizaines de petites tentes, et disséminés là-dedans des d'jeun's qui vivent en grappes : presque tout nus, on chante-on rit-on braille-ah ah-on fume-on boit-on parle anglais et rien d'autre-on jongle-on se contorsionne dans des postures yoga apprises en Inde- c'était trop cool la Ninde aussi tu voiiiiiiis euuu.

Au secours !

Je ne veux surtout pas connaître les conditions d'hygiène qui règnent ici. Les villageois quant à eux ont bien compris que ces d'jeun's "rebelles" aiment la bière, ont besoin de manger un peu et doivent absolument accéder au net depuis leur I-Phone. Donc ils en profitent et n'offrent rien d'autre que ce que cette clientèle attend.

     Mon côté vieux-con-qui-comprend-pas-les-jeunes me commande de fuir à toutes jambes, j'assume. Et je cours. Ouf, sur le chemin du retour par le sentier en bord de lac et bien loin de la routardo-mercantile Yumani et de la baba-fêtarde Challapampa je traverse le petit village de Challa où se déroule une petite cérémonie. Les habitants se contrefichent des 3 seuls touristes de la place, moi et les 2 marcheurs russes qui me suivent de près. Enfin un peu d'authenticité sur cette île, mais cela valait-il de se traîner sur 15 kms quand tout cela est à portée de main (en mieux) sur les rives et les îles péruviennes du Titicaca ?
 

 

     Le boudage étant une de mes grandes spécialités (ceux qui me connaissent ne vont tout de même pas me contredire) j'ai bouclé mes valises le lendemain. Par chance le souvenir de mon premier séjour sur le Titicaca est encore frais et c'est celui-là que je garderai en tête.


 

Passage de frontière Bolivie-Pérou, le bon plan:

Pour passer de Bolivie au Pérou via le Titicaca, 95% des voyageurs prennent un billet pour Puno puis Arequipa ou Cusco dans l'une des nombreuses agences de Copacabana. On peut aussi franchir la frontière par sauts de puce: Minibus jusqu'à la frontière (4bs). La frontière bolivienne ouvre à 8h officiellement mais en fait à 8h30 le temps que la police des frontières ait fini son café. Une fois que vous avez franchi la ligne péruvienne (300 mètres plus loin), prendre un petit tuk tuk (2S) pour rejoindre le centre d'un bourg d'où partent des collectivos pour Puno (8S env 1h30). A Puno, si vous poursuivez jusqu'à Arequipa, vous paierez votre billet de bus beaucoup moins cher que ceux qui le prennent directement à Copacabana (j'ai payé 15S).
Au total j'ai économisé environ 40% du prix proposé en Bolivie et je suis arrivé avec au moins 1h d'avance (attente très longue à la frontière si vous passez avec un bus "touristes" depuis Copacabana).

Merci qui ?

(1 Sole=0,26 centimes d'euro)

 

Commentaires (7)

Didier
  • 1. Didier | 23/02/2016
Réponse @...tous !

J'avais prévenu que je faisais mon grincheux !
Sûr qu'un visiteur qui ne verrait que l'Isla del Sol serait vite conquis. Mais (pauvre de moi) j'ai le temps de voir des sites considérés comme secondaires et que finalement je trouve plus intéressants ou plus beaux que les immanquables.
C'est un très grand luxe d'avoir tout ce temps, il permet des détours qu'on ne peut pas se permettre quand on a "que" 3 semaines de vacances.
Coralie
  • 2. Coralie | 19/02/2016
Quand Sieur Lacoste ose se plaindre...
Tony
  • 3. Tony | 19/02/2016
C'est vrai qu'il y a comme un décalage entre tes belles photos et ton joli texte.
C'est vrai aussi que tu nous a épargné le barouf ni les neuneus.
Sans nuage on ne saurait pas que le ciel est bleu, pas vrai ?
Prieur (voisin de Coralie)
  • 4. Prieur (voisin de Coralie) | 19/02/2016
Bonour de Belgique.
Je rejoins les commentaires repris ci-dessus car il est vrai que les photos ne sont pas le reflet de vos descriptions écrites. Il faut dire qu'elles présentent de jolis sites sûrement sélectionnés avec soin par l'oeil du photographe.
C'est toujours avec plaisir que, mon épouse et moi-même, suivons avec beaucoup d'intérêt votre périple à travers ce continent que nous ne connaissions que par des documentaires télévisuels où par des descriptions rapportées par quelques voyageurs intrépides dont notre chère voisine d'en face. Devinez qui?
Dans l'attente d'autres documents nous vous souhaitons une agréable et enrichissante poursuite de vos explorations.
Prieur
Christophe pas du fond des bois du bitcherland
  • 5. Christophe pas du fond des bois du bitcherland | 19/02/2016
le premier envoi a bien fonctionné !
bon trip,..
A++
Krut
  • 6. Krut | 18/02/2016
... et t'envier
Krut
  • 7. Krut | 18/02/2016
Yo
Tes photos sont toujours aussi magnifiques !
On ne ressent pas ce que tu as vécu de 'moyen' dans ce coin. Mais faut dire que tu as la gâchette leste et sélective aussi ...
Mais à te lire, je crois que je serais comme toi, à fuir les clichés et les 'impératifs-business' qu'on voudrait m'imposer. Tu as bien fait, c'est sûrement pas ça la vraie vie locale.
Bon, allez, passe ton chemin, y a sûrement d'autres plans à découvrir. Et puis on se languit de découvrir d'autres destinations où on peut vraiment rêver ..!
Bon trip

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau