(Publié le 3 janvier 2015)Perou titicaca 4

 

 

 

 

 

     Dans le monde il y a des lieux dont l'exotisme du seul nom fait déjà rêver, avant même d'en savoir plus.

Tahiti par exemple. Ou Tombouctou. Ou encore Ushuaïa.

 

 

 

 

 

     Titicaca.

S'il ne s'était pas appelé ainsi, je n'y aurais peut-être jamais mis les pieds. En tout cas m'y voici sur le lac Titicaca, j'allais dire en plein dedans car j'ai mis le cap sur une de ses îles : Taquile.

Côté paysage : les sentiers, la végétation rare et aride, les murs de pierre sur lesquels le soleil cogne fort et le bleu intense du Titicaca donnent à l'île un air méditerranéen malgré ses 3800 mètres d'altitude. Au loin des sommets enneigés se détachent de l'horizon à la fois péruvien et bolivien (le Titicaca fait frontière).

Titicaca

 

 

     On ne peut pas vraiment dire des Taquilenos – habitants de Taquile donc - qu'ils vivent hors du temps puisque certains d'entre eux possèdent un téléphone portable. Il n'empêche qu'il y a un peu de ça. Ici pas de voitures, donc pas de routes. Pas d'électricité si ce n'est celle que veulent bien fournir quelques plaques photovoltaïques. Et, des plus jeunes aux plus anciens, 100% des autochtones portent le costume traditionnel aussi naturellement que nous portons jeans et baskets. A Taquile on loge uniquement chez l'habitant dans des conditions à la limite du spartiate (le sol est recouvert de paille dans ma chambre, ça fait presque étable quoi !).Titicaca

Mais pour peu que le confort occidental ne vous soit pas indispensable il vous sera facile de tomber sous le charme, et peut-être aurez-vous alors l'intention de vous installer définitivement ici. Ne vous emballez pas : s'installer sur l'île semble mission impossible si vous n'en êtes pas originaire. Car si les traditions locales ont été autant préservées, ça n'est pas un hasard. En tant qu'étranger, il ne vous sera jamais permis d'acheter une maison ou un terrain. Si vous souhaitez vous contenter de vivre ici sans être propriétaire, prenez votre mal en patience : vous devrez vous plier à 3 années de mise à l'épreuve  c'est à dire démontrer votre volonté d'intégration et notamment porter tous les jours le costume traditionnel ou encore assister aux délibérations de la communauté (en Quechua, c'est pas d'la tarte). A l'issue de cette « période d'essai », vous pourrez, si vous avez été accepté par la population, résider dans le coin ou convoler en juste noce avec un/une local(e). Soit dit en passant, si vous y arrivez vous avez droit à toute mon estime car à ce jour, seuls 2 péruviens non Taquilenos ont réussi à s'intégrer.

Dans ces conditions, j'imagine que les problèmes de consanguinité ne doivent pas être l'exception parmi la population de 2000 habitants, mais pour ma part je n'ai croisé qu'un fada.

 


 

     Plus probablement, vous projetterez de faire comme la quasi-totalité des touristes qui ne restent que 3-4 heures sur l'île. Ne faîtes pas cette erreur-là : En repartant si vite ils n'ont pas réalisé que le Titicaca abrite des endroits qui sont parmi les plus beaux au monde. Taquile est à découvrir en adoptant le rythme local, lentement. Il faut prendre le temps de passer quelques nuits sur place. Et de profiter : par exemple du paysage sublime qu'offrent les ruines du point culminant au petit matin ou bien d'une balade bucolique qui mène à la magnifique petite plage de sable.

Titicaca. Au sommet de Taquile

 

Titicaca

 

Au premier soir on reste scotché sous le ciel incroyablement étoilé. Au 2ème jour la quiétude du lac vous gagne, le bruissement du vent dans les eucalyptus, le gazouillis des oiseaux, quelques bêlements de moutons et l'apparente indolence des habitants vous remplissent de zénitude. Au 3ème jour vous serez déjà le plus ancien des touristes résidant sur l'île, avec l'impression d'avoir pour vous tout seul l'immensité du lac Titicaca, comme une mer intérieure apaisante. Et probablement comme moi, le regret de devoir déjà partir.

 

TAQUILE PRATIQUE

 

     On rejoint Taquile depuis le port de Puno en 2h30 de bateau. Le billet à 25 soles AR est à acheter sur le ponton. Au cours du trajet on fait un stop sur les très étonnantes îles flottantes, très très touristiques mais à voir. A Taquile il est facile de trouver un logement chez l'habitant. Il suffit de demander au hasard. J'ai payé 44 soles la demi-pension, soit environ 12€.

Titicaca

     Si, pour rejoindre Taquile, 2h30 de bateau vous rebutent, la découverte de la presqu'île de Capachica – toujours sur le Titicaca - sera mieux qu'une alternative. Tout au bout de la route, à Llachon, les coutumes semblent moins ancrées - le port du costume traditionnel est par exemple moins systématique qu'à Taquile -, mais on s'y sent tout autant loin du monde et, hors saison en tout cas, seul touriste au monde.

Titicaca

Les petites maisons d'adobe du village, souvent charmantes, sont très éparpillées. Les balades sont foison, qui suivent les chemins par où transhument chaque jour de petits troupeaux de moutons, ânes et vaches mélangés. Les sentiers mènent de la plage jusqu'à de petits sommets. De là-haut les vues sur le lac et ses îles sont sublimes. La presqu'île est assez grande pour ne pas s'ennuyer plusieurs jours dans ce décor magique. J'ajoute, si ça peut définitivement vous convaincre, que j'ai trouvé ici au hasard de mes promenades quelques uns des meilleurs coins à siestes de la planète.

 

 

 

Amis de la zénitude, du profitage de la vie, je vous assure, mettez le sud du Pérou sur la liste de vos futurs voyages.

 

 

Titicaca

 

 

 

 

Coup de coeur !

     Sur la presqu'île de Capachica, logez à « la casa de Felix ». Vue imprenable sur le lac et l'île de Taquile. Balades fantastiques à proximité. La soupe qu'on vous sert à chaque repas est divine, dommage que la suite soit en deçà. La pension complète est à 60 soles/jour (négocié) soit 18€. Demandez la chambre UK, vue géniale depuis la fenêtre. On vient à Llachon - le bourg principal de la presqu'île - depuis Puno en « combi » (minibus) en 2 heures et pour 6 soles.

Titicaca 6 - Chez Felix

 

  

  

Titicaca

Commentaires (8)

Didier
  • 1. Didier | 05/01/2016
@ Pépette

Ça ne tient qu'à toi de choisir une destination où me rejoindre, histoire que nous bullions à 3 avec ton frère ailleurs que dans "l'illusion des voyages".
Didier
  • 2. Didier | 05/01/2016
@ Christophe d-f-d-b-d-B
Merci pour ces compliments !!
L'écriture d'un atlas c'est quand même du boulot et, comme tu le soulignes si bien, je ne suis vraiment pas dans ce mode-là en ce moment. C'est dingue comme on s'habitue bien au métier de touriste-contemplateur, sans rien d'autre à faire
Pépette
  • 3. Pépette | 05/01/2016
Pfiou ! Ça donne envie de faire une sieste, avec tes photos projetées au mur pour l'illusion du voyage... Vivement l'aventure !
christophe du fond des bois du bitcherland
  • 4. christophe du fond des bois du bitcherland | 05/01/2016
La bonne résolution aux fervents contemplatifs qui ont découverts le vrais sens du beaux et du bonheur!
En cette nouvelle année je vous propose a tous la création d'une nouvelle confrérie de la "zénitude à la siesteatitude".
En grand maitre je propose notre explorateur " Didier" !
En tant que bible je propose les récits épiques de son blog!
En adeptes je propose toutes celles et ceux qui peuvent s'émouvoir devant de belles photos ou de beaux paysages ( ou juste des péniches dans les méandres de la Lorelei).
Didier tu as un don pour communiquer aux lecteurs l'atmosphère des lieux que tu visites!
Le paragraphe du : ""au premier soir" jusqu'à "la mer intérieure apaisante" est sublime ! il faudra que tu te lances dans l'édition d'un atlas des plus beaux coins a sieste de la planète,...(je propose d'ailleurs que tous t'aident pour l'étoffer !)
Je vous embrases toutes et tous,...il est 13H30 et je viens de lire et voir de belles choses, ...ma sieste n'en sera que plus délicieuse !

a++javascript:void(0);
christophe du fond des bois du bitcherland

Didier
  • 5. Didier | 05/01/2016
@ Chantal

Merci pour vos compliments.
J'apprécie d'autant plus que la mise en ligne des articles est souvent fastidieuse
Didier
  • 6. Didier | 05/01/2016
@ M & Mme Prieur
Coralie n'était pas encore arrivée en Amérique du sud quand je suis passé au lac Titicaca. Les articles publiés ont souvent une dizaine de jours de retard par rapport à "mon présent".
Il n'empêche, Coralie s'est régalée, puisque ensemble nous avons vu le salar d'Uyuni et le sud Lipez, avant de randonner à proximité de La Paz puis de nous envoler pour l'île de Pâques.
Autant d'articles qui seront bientôt mis en ligne.
Chantal Allais
  • 7. Chantal Allais | 04/01/2016
Bonjour,je vous souhaite à tous les deux,une tres bonne année et continuez à nous faire réver avec vos magnifiques photos
Prieur (voisin de Coralie)
  • 8. Prieur (voisin de Coralie) | 04/01/2016
Que de belles photos! Quel paysage! Quel dépaysement!
Nous avons hâte de revoir Coralie pour nous faire raconter tout ce merveilleux périple.
Fabienne et Jacques

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau