Un séjour qui sent le sapin

Voilà... 

     Va falloir essayer de pas tomber dans les niaiseries genre les meilleures choses ont une fin.N'empêche que ça se termine, et que c'était bon. Ben oui ça se termine déjà. Vous allez me dire - ou plutôt vous n'allez pas me le dire parce que vous ne connaissez pas mes dates de retour - vous allez me dire ou pas, donc, qu'il me reste encore 1 mois, oui, pile-poil un mois pour en profiter. Certes, mais là il m'arrive exactement ce qui m'était arrivé, grosso modo un mois avant mon départ de métropole: c'est à dire que bien avant d'en être physiquement parti, je n'y étais déjà plus. 

     Je n'y suis plus.
Faut dire que certains évènements ont bien changé l'état des choses:

 

que-du-bonheur-1.jpg

     A commencer par la succession rapide des OP, et donc, lié à ça, le départ de gens avec qui je m'entendais vraiment très bien, je pense que ça devait se ressentir dans mes précédents mails. C'est pas que leurs remplaçants sont de mauvais bougres mais la plupart de ces p'tits jeunes avaient uneque-du-bonheur-2 personnalité incroyable, et que les nouveaux venus, à 2/3 exceptions prés, ne sont pas du même gabarit. On a réussi en quelques semaines, et avec plein de gens différents, à tisser de vrais liens, et tout ça part en fumée d'un coup, c'est assez déstabilisant. Peut être finalement que les derniers arrivés ne sont pas si transparents ou lisses que ça, peut être que c'est moi qui ai refusé de m'investir dans des relations qui de toutes façons sont promises à finir dans le mur. Nous sommes tout de même plusieurs à nous être mis d'accord là-dessus: l'ambiance générale en a pris un sacré coup.que-du-bonheur-3

    Ca serait idiot d'oublier également le fait que l'équipe du bar a changé et que ceux-là mettaient une pagaille joyeuse certains soirs à Totoche. L'équipe du bar change et par la même

 

que-du-bonheur-4occasion s'assagit. Il faut que je vous dise aussi que, dans le même temps, la consommation d'alcool est tombée sous le coup d'une restriction drastique. Bon je sais ce que vous allez dire et je vous arrête tout de suite. Personne parmi vous ne va nier que boire un petit verre accoudé à un bar, ou organiser chez soi de temps à autres un apéro, ça a un petit coté convivial certes, mais que ça va même bien au-delà, c'est souvent le moment pendant lequel on aborde des conversations qui touchent vraiment au privé et que si c'est pas ça qui crée des liens, hein, ben dîtes-moi.

 

que-du-bonheur-5 Totoche c'est mais avant tout un espace très chaleureux, musical, où on se retrouve à siroter un verre en refaisant le monde, en parlant cinéma, littérature, musique ou politique, en évoquant nos familles, nos amis, nos passés, nos projets, et en riant.

    Et puis il y a eu cette cochonnerie de rotule gauche qui m'a laché.

 

que-du-bonheur-6.jpgEn plus de faire très très mal au niveau du genou, ca m'a franchement tout chiffonné le moral: finies les manips, et donc les découvertes qui vont avec, les animaux, les paysages, finis les grands bols d'air qui font que Kerguelen est supportable. Dans quelques jours ça fera 2 mois que je ne suis plus parti, et de ce coté là je trouve le temps très très long. 

     Bon allez, j'arrête de faire mon Calimero. Je reste bien conscient de la chance que j'ai eue et que parmi toutes les expériences qu'on peut faire dans sa vie, celle-ci aura une bonne place dans la mienne.

J'y repense...
     J'ai été écobiologiste, biologiste, porteur, ornithologue, pêcheur, archéologue, topographe,
que-du-bonheur-7boulanger, éboueur, berger, pompier, je veux dire j'ai été apprenti de tout ça. J'ai travaillé sur des chats et avec des moutons, sur les éléphants de mer, sur les albatros (à sourcils noirs et fuligineux), sur les pétrels (à menton blanc), sur les manchots (royaux, macaronis, sauteurs ), les cormorans, sur l'Azorelle, l'Acaena, et le chou de Kerguelen, sur des ruines dans lesquelles des gens ont laissé leur vie. J'ai approché les otaries, un léopard de mer, les restes de globicéphales morts sur la plage, les dauphins, les sternes, les canards d'Eaton, les skuas, les chionis, les papous et j'ai guetté, longtemps, le grand albatros en vol. Je n'ai rien pu faire pour les bonbons ou les petits manchots attaqués et dévorés par les pétrels géants, rien pu faire pour les jeunes éléphants prisonniers et condamnés dans leurs souilles. J'ai déambulé dans la dernière usine baleinière française,touché les marmites où par tonnes fondait la graisse.

 

que-du-bonheur-8 J'ai marché sur les îles de la désolation, c'est le nom que leur ont donné les anglais, dans le vent, dans la neige, dans le froid, au bord des falaises et parfois seul, même que c'est interdit, et c'est encore meilleur.

     L'expérience la plus incroyable, ça a été de plonger, s'immerger oui, dans le primaire de la vie sauvage ( ! ), j'en ai parlé deux fois je crois dans mes précédents posts. Dans "sur la route de Madison", y'a Clint Eastwood qui drague méchamment Merryl Streep. A un moment il lui parle du Kenya, et de cette expérience là, la plongée dans le monde sauvage, cette drôle d'impression de la vie et de la mort qui se côtoient à chaque seconde, un truc à des années lumières de ce qu'on vit là où on vit. On voit bien dans le film qu'il parle d'un truc très personnel - c'est bien Eastwood qui parle et pas son personnage - que c'est un truc qui l'a marqué à tout jamais, et désormais, outre son physique de quand il était jeune, j'ai un autre point commun avec Clint ! 

     J'étais venu ici aussi pour faire une parenthèse dans mon quotidien, je ne vous raconte pas la grande claque qu'il a pris, mon quotidien.
Vous voulez que je vous dise ? Ca a été tellement bon que si c'était à refaire, je ne le referais surtout pas. Pour que tout ça reste unique, et que le souvenir reste intact.

 

que-du-bonheur-9
Tiens, rien que de me remémorrer tout ça, ça me file la pêche. Finalement, je vais vous écouter: il me reste un mois pour en profiter. Et maintenant que ma guibole va un peu mieux....

     Dans 10 jours je vais explorer "pointe Suzanne", accompagné d'Alex (archaéobs), Stéphane (CNES) et Richard (météo), c'est 4 heures de marche à l'aller et je verrai bien si mon genou tient le coup. Et puis la semaine suivante je pars pour "Studer", avec jean-Marie (cuisine), Hervé (menuisier) et Roland (EDK), Studer un lac avec dedans des truites je vous raconte pas, et pour répondre à une question d'il y a quelques semaines, je vous assure, les truites de 80 cm c'est 'achement bon (carpaccio, huile d'olive, filet de citron, oignon, miam).

 

 

Merci à tous ceux qui, ces dernières semaines, se sont inquiétés de ma petite santé et de mon très petit moral. Je suis désolé de ne vous avoir pas répondu individuellement mais j'avais une petite santé et un très petit moral. Quant aux autres, ceux qui ne se sont même pas inquiétés, qu'il sachent que je ne leur en veux pas du tout. Mais s'ils reçoivent ce mail c'est uniquement à cause d'une mauvaise manipulation de ma part.

 

Bises, et à très bientôt désormais

Didier.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau