(Publié le 11 Avril 2016)Carte Carthagene

 

 

 

     Le type qui a baptisé Carthagène des Indes était probablement un sacré romantique, et y'a pas de nom de ville plus exotique (enfin,... pour être vraiment sûr je vais continuer à voyager). Sur une carte de Colombie ça attire forcément l’œil du voyageur et ce ne sont pas 16 heures de bus depuis Medellin qui vont le rebuter, le voyageur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carthagene     Ça ne m'a donc pas rebuté mais je suis arrivé quasi-mort de fatigue à bon port. Car oui, Carthagène est un port, sur la côte caraïbe, tout au nord de la Colombie. On ne peut pas nier que la vieille ville, ceinturée de remparts, possède un charme certain. Pour autant il ne faut pas pousser mémé dans les orties. Je lis sur le guide Lonely Planet : « Quand les visiteurs franchissent les remparts de la vieille ville, les aiguilles du temps semblent remonter 400 ans en arrière » et je me dis que le rédacteur nous a fait une petite poussée de fièvre ou bien une méchante insolation. Remarquez il a des excuses, à midi le soleil est au zénith et il chauffe dur. Les ruelles sont certes bordées de maisons coloniales bourgeoises que les balcons fleuris embellissent magnifiquement, mais la circulation automobile y est horripilante et le stationnement devant les plus belles demeures vous gâchent souvent le tableau. J'en aurais fini avec mes ronchonnades lorsque je vous aurais dit qu'à certaines heures des troupeaux entiers de croisiéristes débarquent dans la ville, avec la légendaire discrétion qu'on leur connaît. Bref le XVIIème siècle m'a paru bien loin de cette ville classée au patrimoine mondial (oui, je sais ce que vous allez dire: pas de voitures et quasi pas de touristes sur mes photos. C'est que vous n'imaginez pas le temps que je consacre à faire des photos potables, attendant que les différents parasites sortent du cadre)

 

     J'ai finalement plus aimé 2 zones périphériques à cet hyper-centre (mais toujours intra-muros).Carthagene, Getsemani Dans les quartiers San Diego et plus encore Getsemani, les bâtisses sont moins grandioses, mais les petites maisons à 1 étage sont elles aussi fleuries. Ici les rues sont bruyantes de la vie locale, des gamins qui courent dans la rue, des jeunes qui jouent au foot sur les places, des cris des voisins qui s'interpellent, des vendeurs ambulants qui hèlent le chaland, mais pas des moteurs de voitures qui se font plus discrètes. Ces quartiers populaires vivent plus encore à la nuit tombante et "dîner" sur un banc en profitant de l'animation du soir n'est pas recommandé par les nutritionnistes mais pourtant très agréable.

 

Hâtez-vous !

 

      Au coeur de Getsemani, la plaza de la Trinidad devient après 19 heures un lieu festif, convivial et authentique, un lieu de rencontres des familles, des amis, des colombiens et des touristes. On vient y jouer, y discuter, y draguer, y grignoter un morceau, y boire un soda ou une bière, assis sur les bancs qui cernent la place, face à l'église. À 1 pâté de maison, les habitants sortent leurs chaises de jardin dans la rue et papotent entre voisins en gardant un oeil sur les enfants qui se chamaillent. Dans le Callejon ancho, une ruelle qui prend vraiment des allures de village, les plus âgés jouent aux dominos, les femmes au rami. Voilà un quartier à visiter en urgence avant que ses habitants n'en soient chassés, car déjà les bars et restaurants formatés pour les occidentaux commencent à investir la zone.

 

 

     En quelques jours on s'imprégne de ces différentes ambiances qu'offre la ville, très touristique d'une part, plus populaire de l'autre.

MompoxSi on qualifie la chaleur de Carthagène d'étouffante, je ne sais quel vocabulaire employer pour Mompox. A altitude proche de zéro, mais nettement à l'intérieur des terres, accéder à cette petite ville colombienne c'est pénétrer dans un four. A la mi-journée, ne cherchez pas les habitants dans la rue. Ils se réfugient chez eux, air conditionné poussé au maximum, enfin au minimum, enfin vous m'avez compris. Très vite en tant que touriste on s'adapte au rythme local, sauf à littéralement fondre sur place. Cette contrainte réduit nettement le champs des possibles (ah ah j'adore !), d'autant qu'à 8 heures du matin les habitants n'ont pas commencé à réellement s'activer et qu'à 11 heures ça n'est humainement plus possible (j'exagère à peine). Bref, à Mompox on "découpe" les activités de sa journée en fonction de la contrainte climatique. Et comme l'activité nocturne se résume à celle des quelques restaurants, les journées sont très courtes, enfin très longues, enfin vous avez déjà appris à me comprendre.

     Les berges du fleuve Rio Magdalena, ont été aménagé avec bon goût.Mompox Ici, pas de tape à l’œil. Un pavage simple, les façades des belles maisons nettoyées et l'électricité enterrée, rien de plus. Cette promenade agréable est ponctuée de petites places charmantes et plus fréquentées, comme je disais plus haut, à la nuit tombée. Quelques terrasses vous proposent alors des petits plats, une bière. Les habitants font comme nous, ils profitent de la soirée et d'une chaleur moindre dans une coolitude extrême. C'est en matinée que le "centre" est plus animé, plus motorisé (essentiellement de 2 roues). Il garde ce côté bon enfant des villages que j'ai pu visiter précédemment, et notamment de Jardin. L'architecture est ici très différente, beaucoup moins colorée, mais très belle aussi. Quand les fenêtres des maisons sont ouvertes elles laissent entrevoir de très grandes pièces, hautes de plafond, qui donnent vers l'arrière sur de beaux jardins.

 

     C'est définitivement dommage que la chaleur soit un tel handicap pour la visite de la ville. Mais elle a eu finalement raison de moi. 6 heures de bus sur une route en très mauvais état m'ont ramené vers Carthagéne, la balnéaire. Mais puisque la fraicheur de ce bord de mer est toute relative, je me suis réfugié dans le petit musée de l'or. Il présente de très beaux objets et - au diable le réchauffement climatique - les salles sont climatisées.

Commentaires (6)

Didier
  • 1. Didier | 15/04/2016
Réponse @Loulou:
Je rentre juste un peu pour me re-convaincre que j'ai bien fait de partir...puis pour changer de continent !

Réponse @Coralie:

Y'a quand même de gros soucis ici: d'une part les terrasses ne courent pas les rues mais surtout, SURTOUT !, quoi mettre dans le verre ?
Car côté vins faut oublier (vin chaud, c'est bon pour les Alsaciens).

Réponse @voisins de Coralie:

Merci encore. Je regrette de ne pas pouvoir mieux vous faire profiter des intérieurs de maison, qui sont pas mal non plus.

Réponse @Lucie:

Hmmmmm Strasbourg au mois d'avril...Je vais me régaler

Réponse @Martine:
J'y pensais justement il y a peu de temps (en Amazonie): le contraste avec mon année 2014 en Antarctique est incroyable. Mais que ce soit ici ou là-bas, ça fait des découvertes splendides.
Martine du Causse
  • 2. Martine du Causse | 14/04/2016
Didier, ta chaudière interne déconne ! un coup trop chaud, un coup trop froid.... à moins que ce ne soit l'andropause !!!!
Par contre côté "vision" : tu es passé du noir et blanc de l'antarctique à une palette de couleurs parfois improbables mais d'une puissance communicative.... vu du causse : ça en jette !
Profite bien pour égrener tes dernières semaines avec la même passion... et surtout n'hésite pas à nous envoyer DE LA COULEUR !
Lucie
  • 3. Lucie | 14/04/2016
Très jolies les rues, bien fleuries comme Strasbourg que, je suis sûre, tu as hâte de revoir. En tout cas, ça va te faire un sacré choc thermique ;)
Prieur (voisin de Coralie)
  • 4. Prieur (voisin de Coralie) | 12/04/2016
Qelles belles maisons aux balcons fleuris! quels beaux endroiits ! vraisemblablement bien choisis mais qui nous donnent , à nous spectateurs au frais, un aperçu coloré des localités colombiennes. Heureusement,nos yeux ne nous renseignent pas sur la température ambiante, mais nous pensons pouvoir l'imaginer. A bientôt pour d'autres reportages.
Coralie
  • 5. Coralie | 12/04/2016
Alalalala! Quel beau pays!
Je me vois bien boire mon p'tit verre sur ces terrasses dans la (presque) fraîcheur du soir...
Loulou
  • 6. Loulou | 12/04/2016
Trop trop dur ta vie.... à la limite du supportable, et tu fais bien de rentrer dans 3 semaines...

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau