(publié le 16 décembre 2015)Pérou - MP

 

 

 

 

     Cet article est dédié à Tante Mimique, une dame belge qui suivait mes blogs et particulièrement celui consacré à mon séjour antarctique.

     Elle m'envoyait régulièrement un petit mot ou laissait un commentaire gentil. Elle savait m'encourager à continuer à écrire.

     Tante Mimique est décédée il y a quelques jours. Je veux croire qu'elle aurait aimé me suivre dans cette nouvelle escapade, vers le Machu Picchu.

 

 

 

 

 


 

     Aguas Calientes, au Pérou, est probablement une ville dont vous n'avez jamais entendu Aguas Calientesparlé, et à fortiori où vous n'avez jamais mis les pieds. Si c'est le cas, je vous souhaite de tout cœur de la connaître un jour. Non pas parce qu'elle est belle, ça serait même tout le contraire, écrasé que l'on se sent par les falaises environnantes, non pour y admirer sa rue principale qui a la particularité d'accueillir une voie ferrée et pas de voitures (il n'y en a aucune ici).

Non. On vient à Aguas Calientes pour une et une seule raison : elle est la porte d'entrée (quasi-) obligatoire au Machu Picchu. Aller à Aguas Calientes qui est très isolée, y loger, s'y nourrir, et de là accéder au site archéologique coûte un bras ou un pont, comme vous l'entendez. Mais il faudrait être un sacré rabat-joie pour ne retenir que cet aspect tristement pécunier d'une visite ici. Aguas Calientes on y vient, et surtout on y passe, comme plusieurs centaines de touristes chaque jour. Puis on grimpe en bus, ou bien à pieds, pour accéder à la "vieille montagne" (Machu Picchu en Quechua).

 

Machu Picchu, le brouillard se lève     J'ai eu la chance de découvrir Machu Picchu par 2 ambiances très différentes : au petit matin sous un brouillard épais qui se levait doucement, puis sous un franc soleil.

Je n'ai en fait pas grand chose à dire sur cette visite et la découverte du site : c'est grandiose. C'est à la hauteur du fantasme qu'on s'est construit quand déjà tout petit on feuilletait les pages d'un livre de classe et qu'on tombait sur la vie et l'histoire des Incas. Une civilisation qui nous fascinait par ses monuments, ses costumes et puis forcément ses rites un peu sauvages. Et, comme dit Loulou, les aventures de Tintin « au temple du soleil » n'ont fait que rajouter à la curiosité.

 

 

 

 

J'avais enfin sous les yeux la cité mythique, je me suis pincé.

 

Machu Picchu

 

 

 

Machu picchu 51

 

 

     Si je n'ai pas grand chose à en dire, les scientifiques non plus : la cité aurait été construite vers 1450 et aurait abrité environ 500 personnes. Les Espagnols ne l'aurait jamais découverte mais moi je pense plutôt qu'en voyant les parois verticales qui protègent le lieu, l'environnement de montagnes aux allures de pain de sucre, les conquistadors ont simplement décidé d'en faire le tour sans se fatiguer. Personne ne sait pour quelle raison le site a été abandonné. Il n'a été découvert par les scientifiques occidentaux qu'au début du XXème siècle, mais les tribus indiennes du coin, qui servirent de guides aux explorateurs, connaissaient l'endroit qui à l'époque était recouvert d'une végétation dense.

 

 

 

     Fabriquer du globule rouge depuis 2 mois m'a permis d'en remontrerWayna Picchu, depuis Machu Picchu à tous les jeunes qui, comme moi, ont entrepris de grimper au sommet du Wayna Picchu, le pic qui fait face au Machu Picchu. De là-haut, la vue est splendide et évidemment unique. On contemple le site lui-même mais aussi son environnement sublime, noyé dans la jungle.

 

 

 

     J'ai parcouru pendant 7 heures le dédale de ruelles, de places et de ruines. 7 heures, ça laisse du temps pour s'interroger sur les raisons des bâtisseurs de construire cette citadelle dans un tel endroit. Y avait-il (aussi) une recherche esthétique ou bien les motivations étaient-elles uniquement stratégiques ? Ou peut-être aussi religieuses ou carrément mystiques ? A moins que Machu Picchu ne soit le résultat d'un caprice d'un despote Inca, et que finalement tout le monde soit rentré à la maison après son assassinat bien mérité (une glissade inopinée sur les marches verticales vous ramène directement dans la vallée, 400 mètres plus bas).

 

 

 

 

 

 

Les questions restent les mêmes après la visite.Au sommet du Wayna Picchu

Peu importe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     De la même façon qu'on revient tout émerveillé de la découverte des pyramides et des tombeaux égyptiens, on descend de Machu Picchu avec quelques étoiles supplémentaires dans les yeux.