(Publié le 30 avril 2017)Guatemala

      Mon premier contact avec le Guatemala aura été le passage de la frontière terrestre avec le Mexique. J'adore ces moments autant que je les crains parfois car ils sont le lieu de toutes les arnaques, qui plus est dans ces pays où la corruption est la première des coutumes à être respectée. Pas d'arnaque ici mais un sacré foutoir, une vraie passoire. Un truc inconcevable en Europe. Joyeux. Ça prendrait des plombes à vous décrire l'ambiance, les gens qui vont et qui viennent d'un bord à l'autre sans aucun contrôle, la multitude de bouis-bouis, avec d'un côté de la barrière toujours levée la police mexicaine  qui tire la gueule - à la mode nord-Américaine - de l'autre son homologue guatémaltèque qui vous serre la main en vous lançant un grand "bienvenidos !!" ou encore les mendiants qui acceptent les quetzals guatémaltèques, les pesos mexicains, les dollars américains ou les euros européens (mais quand même pas la VISA), tout ça il faut le vivre.


     Mon second contact avec le Guatemala ça a été Panajachel, petite ville ultra touristique au bord du lac Atitlàn, qu'on m'annonce comme étant un des plus beaux au monde.

 

Panajachel, le lac

     C'est sûrement vrai. Il faut imaginer un décor unique : le lac donc, mais aussi sur la rive d'en face 2 mastodontes, cônes volcaniques quasi parfaits (en fait ils sont 3 mais 2 d'entre eux sont alignés si bien qu'on en voit qu'un). C'est beau, c'est très beau, surtout le matin quand le ciel est bleu, car il se charge l'après-midi. Et même si mon émotion n'a pas été la même qu'à la vue du sublime Titicaca du Pérou, même si les touristes sont nombreux, le lac Atitlàn est assurément un incontournable du Guatemala.

     Depuis Panajachel on peut facilement rejoindre en bateau des villages situés en bord de lac, mais où malheureusement les boutiques à touristes occupent la plus grande place. Il faut s'éloigner un peu des embarcadères pour trouver les petits marchés et rencontrer la population locale. Les femmes sont habillées de manière traditionnelle, jupes et chemisiers très colorés (pas beaucoup d'images à vous montrer car elles ne veulent pas être photographiées).

     Depuis Panajachel, 1h30 de bus sont largement suffisants pour rejoindre Chichicatenanga . Rien que le nom de la ville donne envie de la découvrir non ? Elle n'a en temps normal rien de très exceptionnel à offrir. P108077501Mais les jeudi et dimanche s'y tient un grand marché et il ne doit pas être manqué. Je peux me vanter d'avoir beaucoup fréquenté les marchés du monde, soyez sûrs que celui-ci est un des plus beaux que j'ai vus (enfin là comme ça je dirais que c'est le plus beau). On peut lui reprocher d'être touristique -il l'est- mais il est aussi un vrai lieu d'échange pour la population locale, à très grosse majorité indienne. Les femmes y viennent habillées de leur beau costume traditionnel, certain hommes aussi (mais c'est beaucoup plus rare). Il y a des étals qui parfois ciblent le touriste certes, mais pas que. On y trouve de tout, du légume au tissu, de la viande à l'électronique, du poisson à l'artisanat. On y mange bien pour pas cher attablé à des meubles brinquebalants devant les femmes qui font clap-clap-clap en confectionnant les tortillas à la main. C'est plein de couleurs, plein de vie, plein de larges sourires parfois et de petites arnaques aussi. Il ne faut pas oublier de pénétrer dans l'église où les traditions chrétiennes et Mayas semblent faire bon ménage. C'est étonnant et si vous n'avez pas vu San Juan Chamula au Mexique (plus impressionnante), c'est immanquable. Le cimetière très coloré vaut également le détour.

 

 

 

 

Bref j'ai adoré cette excursion, comme quoi au final je ne suis pas encore un touriste blasé. Que suerte !

 

Panajachel, le lac

Commentaires (5)

Didier
  • 1. Didier | 15/05/2017
Réponse @Coralie:
Un conseil: arrête de bosser, prends tes cliques et tes claques, et va voir le monde.

Réponse @Filou:
Ben faut pas te priver. Destination peu chère et bien dépaysante.

Réponse @Isabelle:
Je pense que les femmes en ont marre d'être photographiées. Habillées en costume traditionnel, elles sont évidemment très "ciblées" par les appareils photos des touristes, et finalement on peut comprendre que ça devienne agaçant. Quant aux hommes ils portent (beaucoup) moins ces tenues donc moins ciblés.
Après il y a évidemment le fait que les hommes sont beaucoup plus tolérants que les femmes

Réponse @Krut:
Tu as raison Krut, il faut penser à sa survie. Ben en fait on boit facilement de la Corona, mais perso je n'aime pas. Il y a d'autres bières "de base" qui sont rafraîchissantes, mais rien d'exceptionnel. Les vins viennent d'Europe ou de Chili/Argentine.
Il reste les jus de fruits frais mais ta religion te les interdit, non ?
Krut
  • 2. Krut | 02/05/2017
C'est bien coloré !
Et qu'est-ce qu'on y boit donc par là-bas ??
Isabelle
  • 3. Isabelle | 02/05/2017
même commentaire que Filou; juste une question: pourquoi les femmes ne veulent-elles pas être photographiées? est-ce le cas pour les hommes également?
amicalement
Filou
  • 4. Filou | 02/05/2017
superbes photos, ça fait envie !
Coralie
  • 5. Coralie | 02/05/2017
Ah ben oui mais non... tu ne vas pas me faire hésiter avec le Guatemala maintenant!
Bon, ce sera le Laos, parce qu'il est temps que je retourne en Asie.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau