(Publié le )

 

     La planète terre est multiple. Et toute petite.

Depuis Perth un vol de 5h30 suffit pour rejoindre Singapour et changer d'univers.

 

     Singapour c'est la deuxième plus forte densité de population au monde, et ce sont 5.312.400 habitants qui semblent tous s'être donnés rendez-vous à Chinatown au moment où j'y accède en sortant du métro.

Quand on vient de passer plus d'un an sur une base antarctique entouré en tout et pour tout de 25 co-hivernants, c'est une grosse claque.

 

     Chinatown, à Singapour, c'est le kitch porté à son paroxysme,Chinatown s'apprête à fêter l'année de la chèvrec'est une explosion de couleurs, c'est l'endroit où, en fonction des étals et des ruelles, les odeurs vous enivrent ou vous agressent. C'est carnaval au quotidien, c'est la foule du marché de Noël strasbourgeois chaque jour, c'est des boutiques de grand n'importe quoi et des centaines de touristes qui s'ajoutent à la population locale, probablement pas assez nombreuse.

Mais pourquoi le cacher, j'ai adoré cette première approche de Singapour.

Les conseils du Lonely Planet m'ont vite entraîné vers le Maxwell food center, un mall où tout un tas de bouis-bouis vous proposent chacun leurs spécialités. A l'écart de la plupart des touristes, on se régale sans bien savoir ce qu'on a dans l'assiette. Et pour espérer dépenser plus de 5 euros, il faut être 2. J'ai tant aimé cette première expérience culinaire que dès lors j'ai pris tous mes repas dans ce genre d'endroits fréquents dans la ville.

Architecture moderne...Dans le CBD (Central Business District, donc le centre-ville) les grattes-ciels ont poussé en grappes mais ils laissent aussi s'exprimer une architecture plus ancienne et moins prétentieuse. Le contraste entre immeubles très récents et petites maisons aux tuiles rouges est plutôt réussi.

 

     Le Singapour National Muséum est intéressant. On y apprend l'essentiel sur l'histoire du pays qui a obtenu son indépendance en 1965. L'espace consacré à l'histoire contemporaine m'a particulièrement intéressé. C'est assez troublant – on en parle très peu – d'apprendre que pendant que les français vivaient « sous occupation », à l'autre bout du monde les gens d'ici en vivait une autre, tout autant barbare. Et à l'évidence les atrocités commises par l'occupant japonais n'avaient rien à envier à leur pendant occidental et allemand.

Pour plus de légèreté et vivre en phase avec son temps et avec cette ville, on peut se rendre dans un des innombrables centres commerciaux. J'y vois 3 bonnes raisons :

  • Le commerce est LA raison d'être de Singapour

  • Les centres commerciaux sont climatisés alors qu'à l'extérieur le temps est immanquablement lourd et orageux.

  • On y trouve presque toujours ces « food-courts » dans lesquels je me régale ainsi que, ça n'est pas un détail, des toilettes gratuites.

 

     L'Asie est un continent peu banal. Les yeux bandés en ne vous fiant qu'à votre odorat,S'alimenter dans la rue de Singapour: que du bonheurvous pouvez deviner dans quel pays vous vous trouvez. Sauf peut-être à Singapour qui est justement une mosaïque qui rassemble et fait se côtoyer les populations aux origines diverses. En tout cas, au nez, vous reconnaîtrez le quartier. Chinatown possède son odeur. Et quand vous sortez du métro à la station « little India » ce sont toutes les effluves indiennes qui vous reviennent en mémoire, les meilleures et les pires. Au delà des odeurs, on y retrouve aussi certains aspects du pays à une différence toutefois : ici c'est propre, autant dire finalement bien loin de l'Inde. Je me suis évidemment laissé tenter par un boui-boui typique (là-bas ils appellent ça un hôtel) où je me suis régalé d'un Chicken Bryani mangé comme il se doit avec les … doigts. Hmmmm, trop bon, et ça ne coûte rien.

 

     Le Botanic Garden est un endroit où, un peu fatigué de la ville tout de même, on va prendre un bon bol d'air. Mais en fait c'est raté car à 9 heures du matin l'air est déjà chaud et humide, lourd, et l'impression de respirer est toute relative. Heureusement la balade dans ce grand parc n'est pas du tout désagréable et certaines parcelles de forêt dense font oublier tout ce que la ville peut avoir de stressant.

Marina Bays Sands. Je veux la même terrasse.Singapour rime évidemment aussi avec luxe. Et pour plonger dans le cliché il faut se rendre à Orchard Road.Là vous ne serez pas déçus : les boutiques Chanel alternent avec les Louis Vuiton, les Cartier, les Rolex... Pour voir se mêler le grandiose au luxe, il faut se rendre à Marina Bays Sands. Là l'architecture se laisse aller à ses délires les plus extravagants.

     Si Singapour est surnommée la ville jardin c'est qu'elle compte nombre de parc. Moins aménagée qu'aux Botanic Garden, la forêt semble pousser comme elle l'entend, c'est à dire en vrac, au niveau des Southern Ridges. On déambule sur des passerelles à hauteur de canopée, du vert plein les yeux, et avec beaucoup de chance on peut même profiter de la présence des singes (non, je ne suis pas chanceux).

En route pour la Sultan Mosque – un peu décevante – j'ai découvert un grandiose bâtiment art déco. A l'intérieur on a juste envie de mettre les patins.

Si, comme en ce qui me concerne, votre temps est malheureusement compté, vous pourrez faire l'impasse sur « Holland Village » où les expatriés semblent à mon goût un peu trop regretter le (bon vieux ?) temps des colonies. Ici les occidentaux paraissent vivre tout près de la culture asiatique, sans s'y mélanger.

Parfois au pied des gratte-ciels, des petites maisons coloréesJ'ai nettement préféré déambuler dans certains quartiers populaires (dont j'ai oublié les noms, zut) où il n'y a rien de bien spectaculaire si ce n'est quelques jolies maisons (et aussi, miam, encore un food-center où j'ai cette fois-ci testé la cuisine arabe). L'architecture y est le plus souvent digne de nos « quartiers sensibles » mais c'est aussi là que la vie des Singapouriens se fait.

 

     Bon c'est pas tout ça. Il y a à quelques 10.000 km d'ici quelques personnes qui attendent mon retour après plus de 14 mois d'absence. C'est l'heure d'y aller.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (1)

Lucie
  • 1. Lucie | 04/05/2015
Les food centers me rappellent certains endroits au Japon ! Ça a l'air trop bon *.* Et très beau !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau