(Publié le 31 Janvier 2017)Laos Map

 

 

 

 

    Une fois le nord du pays visité il reste une chose à faire, redescendre vers le sud. Et plutôt que souffrir de nouveau des heures entières dans un bus déglingué, j'ai choisi de rejoindre Luang Prabang par voie fluviale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nam Ou, embarcadère de Hat Sa

    Hat Sa est un petit port situé à 21km de Phongsali soit... 1 heure de bus (!!). Là j'ai juste le temps de prendre mon petit déjeuner - la traditionnelle soupe de nouilles - et j'embarque à 9h30 avec 7 autres passagers, tous laotiens car le touriste se fait rare dans le coin. La boueuse et brune rivière Nam Ou sillonne à travers des paysages montagneux couverts d'une jungle dense. Quelle tristesse que cette rivière serve parfois autant de dépotoir que de voie de communication.
La Nam Ou file nonchalamment vers le sud, vers Muang Khua, ma prochaine étape.
Nam Ou, à Muang Khua
Heu ben finalement non. Un barrage a été construit là au milieu de nulle part et c'est un tuk-tuk qui prend le relais, le tuk-tuk de l'horreur sur une piste bien défoncée. C'est donc la colonne vertébrale brisée en 3 morceaux que j'arrive à Muang Khua.
Muang Khua, construite à la confluence de 2 rivières n'est pas folichonne. Il y a une passerelle qui franchit la rivière et qui permet de jolies perspectives sur les berges cultivées. Et puis voilà. J'allais tout de même oublier l'essentiel: Muang Khua c'est, comme Phongsali auparavant mais à mille lieux de Luang Prabang. C'est le Laos, le vrai le profond, celui pour lequel je suis venu. Et c'est très agréable de s'asseoir à une terrasse un peu miteuse, commander une bière, et devant le carrefour principal du village regarder la vie qui va.

     Le lendemain je poursuis ma route vers le sud, de nouveau en bateau. La Nam Ou est désormais un peu moins indolente, on franchit même de petits rapides. Le public transporté a complètement changé: alors que j'étais le seul touriste à bord jusque là, nous voici 11 français (+1 québécois +2 anglais et 1 seule laotienne) sur le même bateau. Les échanges sont sympas. Sur le lot de touristes 5 sont des voyageurs en solo.
Nam Ou     Au cours de la descente de la rivière des travaux gigantesques annoncent la construction prochaine d'un barrage. Ça n'est pas le premier que je vois. Je me suis laissé dire que l'électricité produite est destinée... à la Chine. Ce sont d'ailleurs des entreprises chinoises qui construisent ces ouvrages. Sachant que le Laos est un des pays où la corruption est la plus communément répandue, on peut être assez pessimiste sur le bénéfice que peut retirer le peuple lao de ces infrastructures qui par ailleurs affectent les paysages et isolent les villages en noyant les voies d'accès.
 

     Nous arrivons à Nuang Ngoi Neua, qui s'est construite en bord Nam Ou, à Nuang Ngoi Neuade rivière dans un cadre splendide. C'est un petit village très plaisant malgré une certaine fréquentation touristique. Celle-ci reste tout de même limitée car aucune route ne mène au village. Les habitants n'ont pas l'air bousculés. Certains jouent de l'argent aux cartes, les autres attendent l'arrivée des bateaux et des touristes à leurs bords. Si un jour je veux écrire un livre au calme, loin de tout, c'est ici que je viendrai d'autant que l'hébergement ne coûte rien (50.000 Kip/nuit pour un bungalow très correct avec vue sur le fleuve, soit moins de 6€). J'ai trouvé les balades autour de Nuang Ngoi Neua exténuantes, principalement du fait de la chaleur. Non, ici ce qu'il faut faire, c'est se laisser vivre au rythme de la rivière, tout doucement.

     Le court trajet (1h) de bateau qui m'amène à Nong Khiaw, mon étape suivante, est très beau. La rivière est bordée de reliefs karstiques Nam Ou, à Nong Khiawaux falaises impressionnantes, ben oui voyager permet aussi d'apprendre des mots nouveaux. Mais cette nouvelle étape à tout de même du mal à soutenir la comparaison avec la précédente, même si le cadre est magnifique. Je reste le temps de louer un vélo ce qui n'est pas bien malin par cette chaleur, le temps de suer toute la beerlao (bière locale) ingurgitée depuis 10 jours, le temps d'une nuit dans un bungalow accueillant. C'est l'heure  de quitter la belle rivière Nam Ou et le nord Laos, de rejoindre Luang Prabang et de filer vers la capitale laotienne, Vientiane.

 

 

 

 

 

Nam Ou

Commentaires (7)

Thonthon
  • 1. Thonthon | 06/02/2017
Que d' exploits ? je suis surpris par ta témérité ......faire du vélo dans cette région ?...tes fesses ont dû souffrir car c' est bien la seule partie de ton anatomie qui soit peu charnue ...n' en tire pas une conclusion rapide ......je te tire mon chapeau .....
Didier
  • 2. Didier | 04/02/2017
Réponse @Aurélie:
Oui hein ! Mais plus généralement je trouve que ce sont les rivières du sud-est asiatiques qui dégagent un charme incroyable. Il y a le Mékong, bien sûr, mais pas que. On a eu le même coup de foudre en tout cas, mais j'ai raté la Gibbon experience, hors budget en ce qui me concerne (https://smilingaroundtheworld.com/2016/02/27/gibbon/ pour ceux que ça intéresse)

Réponse @Krut:
De la grisaille en Alsace ?? Noooooon tu nous charries là ! (ouarf ouarf)
Krut
  • 3. Krut | 03/02/2017
Superbe !

Dis-donc, ça débite bien les posts en ce moment !

Un peu de bonheur dans la grisaille alsacienne...
Aurélie
Rhaaaaaa (soupir de nostalgie), je suis amoureuse de la Nam Ou moi. Je garde un souvenir enchanté de notre descente vers Luang Prabang... Tes photos me replongent dans de super souvenirs !
Didier
  • 5. Didier | 02/02/2017
Réponse @Chantal:
Merci Chantal, je prends ça comme un encouragement à continuer mes récits

Réponse @Coralie:
Suis drôlement content de t'avoir convaincue
Coralie
  • 6. Coralie | 02/02/2017
J'y vais! C'est sûr!
Chantal Allais
  • 7. Chantal Allais | 02/02/2017
Bonjour,magnifiques photos et commentaires,comme toujours

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau