(Publié le 27 Juillet 2016)Japon kyoto

 

     À notre arrivée et dans les premières heures de notre séjour a Kyoto j'ai été assez dérouté par cette ville. D'une part nous avons marché dans des quartiers qui n’étaient pas forcément les plus enchanteurs et d'autre part je pense que, suite à mes lectures sur le sujet, je m'attendais inconsciemment à une ville-musée.
 
 
 
 
     Kyoto ça n'est pas du tout ça. Il y a dans cette ville d'1,5 millions d'habitants tout un tas de belles choses à voir - temples, musées, quartiers croquignolets et jardins - mais ces centres d'intérêts sont très distants les uns Kyotodes autres et noyés dans des quartiers bétonnés et souvent sans charme, ou bien des rues entièrement dédiées au commerce. J'ai donc dans un premier temps été très nostalgique de Tokyo alors que Thierry de son côté trouvait immédiatement ses repères. Comme c'est un bon gars il a eu la riche idée de louer des vélos et ça a grandement changé ma vision de la ville. Elle m'est alors enfin apparue à taille humaine avec des quartiers commerçants pas si désagréables qui alternent avec des ruelles calmes, alors que les quartiers sans âme sont rapidement contournés.

 
     Kyoto est, comme je le disais précédemment, Kyoto - Temple de l'ortruffée de temples et c'est même pour ça qu'elle est renommée. Elle en compterait 1600 (!!!) mais aussi 400 sanctuaires et 200 jardins. 20 sites de la ville sont classés au patrimoine mondial UNESCO, ça donne une idée de la concentration de richesses. Les temples, il ne faut surtout pas croire que quand on en a vu un, on les a tous vu. Comme disent nos amis belges, l'un n'est pas l'autre. Les temples n'ont entre eux qu'un seul point commun: leur nom est imprononçable. Mais une fois qu'on a réussi à se repérer sur une carte (c'est assez facile, les rues se croisent toutes à angle droit), on va facilement de l'un à l'autre et on s’aperçoit donc vite qu'ils sont aussi différents les uns des autres que le sont nos châteaux ou nos églises.
 
 
 
     Je ne vais pas vous raconter chronologiquement la visite de tous ces lieux souvent splendides, ça serait vite rébarbatif. Mais comme je suis blagueur vous n’échapperez pas à la soirée diaporama largement aussi terrible. Je vous ai mis plein de photos dans ce post mais ça a été un crève-cœur de n'en sélectionner que quelques unes. Je vais quand même vous citer 2 sites qui sont mes préférés: le splendide temple d'or est facilement reconnaissable sur les photos et il est entouré d'un très beau jardin. Et puis le Sanjusangen-do que vous ne verrez pas car les photos y sont interdites. Dans son immense salle centrale (120m de long) sont parfaitement alignées 1001 statues du Dieu Kannon et c'est extrêmement impressionnant, en tout cas à ne pas rater (à bien y repenser ces japonais ne manquent pas d'air: Ils  interdisent de photographier un Dieu qui s'appelle Canon !). Je pourrais aussi vous parler du château et de son incroyable plancher "rossignol" qui porte si bien son nom: ça fait cui-cui quand on marche dessus et cette astuce permettait aux gardes de repérer une intrusion. Il faudrait que je vous parle d'un petit quartier trouvé au hasard, aux trottoirs abrités d'arcades et aux magasins affichant à leur entrée de bizarres marionnettes. Je devrais vous parler de cette montagne jalonnée de 30.000 Toriis oranges, ces "portes" qui permettent de passer du monde réel aux enceintes sacrées. Il faudrait mais ça prendrait des plombes et vous vous lasseriez.
 
 
 
 
     Clairement 3 jours ne suffisent pas pour découvrir toutes les splendeurs que cette ville a à offrir, mais il était pourtant déjà temps pour Thierry de rejoindre son Alsace natale. C'en était fini des discussions joyeuses au moment des repas, ou bien à l'heure de l’apéro. J'allais me retrouver avec moi-même et 127.000.000 de japonais. Mais je me sentais fort: je savais déjà dire "bonjour" et "merci". 

Kyoto

Kyoto 43

Kyoto

Kyoto

Kyoto

 

 

 

 

 

 

 

Kyoto

×