(Publié le 01/06/2015) . J188

 

     Je me demande bien pourquoi tout le monde me croit en vacances. Bon d'accord, ça ne se voit pas au premier coup d’œil mais soyez en sûr, je suis bel et bien à Madrid pour travailler (trabajar). Cheminant gaiement sur la voie tracée par ma fille -c'est le monde à l'envers-, je me suis inscrit à l'école « Don Quijote », spécialisée dans l'apprentissage de la langue de Cervantès (Don Quijote-Cervantés, c'est ce qui s'appelle retomber sur ses pattes). Je profite d'un congé formation pour m'initier à la langue espagnole pendant 4 mois, avant de profiter du fruit de cet apprentissage en Amérique latine (e ir a la playa).

     Je suis la méthode "super-intensive" : 1h45 de conversation, 3h30 de cours et 1h facultative de culture espagnole par jour. Je sais ce que vous allez me dire - « ah ben tu te foules pas et patati y patatas, la grrrandé glandouya » - mais l'idée étant tout de même de progresser, je travaille en solo (de mismo) environ 2 heures quotidiennement à la maison. Rajoutez à cela la quasi totalité des échanges que je peux avoir dans la rue ou avec ma famille d'accueil (no Pedro) et vous pouvez être convaincus qu'en fin de journée, ça joue grave des castagnettes dans mon petit cerebro pas habitué être autant sollicité.Conjugaison

     Les profs sont jeunes (jovenes de 30-35 años), les cours sont dynamiques, très interactifs, l'auditoire est limité à un maximum de 8 élèves mais il est arrivé que nous ne soyons que 2, ce qui équivaut alors pratiquement à un cours particulier. Vous imaginez donc bien que mes progrès sont justes fulgurants mais ça c'est juste dans vos rêves (sueños). Car de verdad, je désespère de réussir un jour à composer par moi-même une phrase correcte. Mon espagnol semble être le même qu'au premier jour: ¡ fatal !

     L'español est pourtant une langue simplissime me direz vous. Que nenni ! Et j'en bave grave.
Par exemple avec les 10 temps appris en 8 semaines, rien que ça. Oui vous non plus vous ne saviez (prétérit imperfecto) pas qu'une langue puisse (présente del subjuntivo) en comporter autant. Je récapitule : présent, passé composé, imparfait, impératif, passé simple, futur (simple et composé), conditionnel (aussi simple et aussi composé), présent du subjonctif, imparfait du subjonctif, gérondif, et je vous fais grâce de l'impératif négatif, oui-oui, car l'espagnol est joueur et se permet d'inventer des formulations venues d'ailleurs pour donner des ordres négatifs (ah ouais je vous avais prévenu, c'est pas de la tarta).

     Mais, autre exemple de la difficulté de la langue, saviez-vous que l'espagnol compte 2 verbes « être » (Ser et Estar) et 2 verbes « avoir »(tener et haber) ?Grammaire
        Par exemple pour dire « Je suis Didier et je suis épuisé par toutes ces vacances » on utilisera d'abord le verbe Ser pour se présenter puis le verbe estar pour exprimer sa grande fatigue. Je ne vous la fais pas à l'imparfait du subjonctif... Evidemment tout ceci serait extrêmement simple si les verbes irréguliers restaient à leur place : en enfer. Ici l'appellation « irrégulier » prend tout son sens car parfois ils le sont...et parfois pas.

     Ça c'est juste pour les verbes. Mais il y a tout le reste. Et donc évidemment le vocabulaire.
Por ejemplo (ouais là c'est facile mais attendez de voir) :

  • "boire" se dit "beber" si on boit, mais se dit "beberse" si on boit un truc précis.
  • "oublier" se dit "olvidar", sauf quand on oublie involontairement auquel cas on dit "olvidarse", ça c'est pour les nazes qui font rien qu'à oublier exprès l'endroit où ils ont posé leurs clés.

       Nan, mais imaginez le truc : les espagnols, je te jure que c'est vrai, ont inventé un féminin au mot "lézard". En espagnol, on peut dire " tiens y'a une lézarde qui lézarde au soleil ". Ca c'est vraiment le truc pour embêter les étrangers qui veulent apprendre la langue, non ? Franchement, qui va vérifier le sexe de la bestiole ????

 

     Au final, bien que l'espagnol soit plein de « vrais amis » (rajoutez un « o » à la fin d'un mot vous laisse une bonne probabilité de tomber juste), c'est pas demain la veille que je serai bilingue. Mais toutes ces difficultés permettent de bonnes tranches de rigolade en cours. Il n'y a qu'à voir la tête de la prof' qui lentement se décompose lorsqu'un élève répond à une de ses questions : le plus souvent elle (la prof) n'y comprend rien, c'est trop drôle.

Pas que le travail
Apprenons les expressions espagnoles:                          1/ Vivir la vida (profiter de la vie)
 

     Faut dire que l'ambiance en classe varie de bonne à excellente. Ce n'est pourtant pas partie gagnée au départ, car l'école est un lieu où se rencontrent toutes sortes de cultures. Depuis le début de mes cours, les élèves de la classe ont été américains, anglais, allemands, suisses, chinois, coréens, brésiliens (les plus nombreux), hollandais et français, j'espère ne pas en avoir oublié. Malgré les différences, l'amalgame se fait bien et chacun s'enrichit de l'autre. De plus les élèves vont de très jeunes (20-24 ans), à jeunes (53 ans), un mélange auquel je suis habitué désormais (cliquez ici pour savoir comment j'ai survécu 13 mois entouré de d'jeuns').

     Pour finir, il faut que je vous parle de mon mot espagnol préféré : IR.
IR, c'est ALLER.
IRSE, s'en aller
IR est irrégulier, parfois oui, parfois non.
C'est comme ça lui chante, IR fait sa vie.
IR, à la 1ère personne du singulier et au présent de l'indicatif, se dit « VOY », un peu comme « VOYage ».
A la 3ème personne, il se dit « VA », un peu comme « VAcances ».
A la 1ère personne du pluriel il se dit « VAMOS » (a la playa).
Et puis, ce qui le rend plus sympathique encore, c'est qu'au passé simple IR (aller) se confond avec SER (être).

     En ce qui me concerne, ETRE et ALLER se confondent aussi au futur.

 

 

 

Commentaires (8)

Lucie
  • 1. Lucie | 23/07/2015
Quand on voit toute la grenadine que vous vous envoyez en classe, on ne s'étonne pas que ton espagnol ne progresse pas vite
Bernadette
  • 2. Bernadette | 07/07/2015
Bonjour Didier,

Je découvre ton site, toujours aussi intéressant.
Merci pour ces infos madrilènes et félicitations pour ton courageux apprentissage de l'espagnol.
Bernadette.
Krut
  • 3. Krut | 03/07/2015
mouais, "beber", beberse"... est-ce vraiment si important ??
Du moment qu'y a l'idée ...
Pfff, personne t'en voudra, meeuh non !

Jolie, l'envolée de la fin...
Soy de Belgica
  • 4. Soy de Belgica | 01/07/2015
Tout cela est trop compliqué.
Moi je me contente de l'essentiel:
Una copa de vino tinto por favor.
si
si
heu
un Ribera
gracias
hummm
muy bueno

Pour les choses plus difficiles, ou moins utiles, j'attends de mon héro polaire réchauffé à Madrid qu'il assure ;-)
Domy
  • 5. Domy | 01/07/2015
Buenos dias Didier,

Hablaba muy bien espanol a la escuela, pero el vocabulario esta olvidado.
Tu vois, j'ai encore quelques souvenirs et surtout j'adorais l'espagnol. Moi je trouvais ça très facile et c'est une langue chantante que je trouve très agréable.
Alors sois un bon écolier et tu vas y arriver, ça ressemble énormément au français.
Quant à la température, je suis à Dax depuis 2 semaines, et il a fait 41° hier, ressenti 47 ! J'ai cru mourir, mais j'ai survécu.
Hasta luego Didier.
church
  • 6. church | 01/07/2015
Así que todo es para el mejor.
tu vois, moi, je pratique google translate avec autant d'efficacité que toi, tu descends des bieres avec tes potes étrangers!
Bon, la question incorrecte: c'est qui la blonde canon au bord de la piscine? c'est ta nouvelle logeuse parce que j'espère que tu as déménagé de chez Pédro? A regarder de près, m'est avis que c'est une Belge en vacances qui découvre le soleil....
continues a bien t'amuser!
Bises
Didier
  • 7. Didier | 01/07/2015
Donc ça fonctionne bien:
Pour laisser un message, écrivez-le (sans oublier votre nom avant) puis faites glisser la flèche qui apparait au niveau du cadre des "2 gamins têtes à claques" du dessous (c'est pas une pub, c'est une sécurité).
Puis faites "ajouter"
Didier
  • 8. Didier | 01/07/2015
Ca c'est juste pour voir si la partie "commentaires" fonctionne.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau