(Publié le 12 octobre 2015)

 

     Si j'ai bonne mémoire les protagonistes du « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne utilisaient un volcan pour y parvenir. L’Équateur pourrait donc être le pays qui va bien pour ça, mais l'activité volcanique du coin refroidit un peu les ardeurs. Du coup, plutôt que de visiter le centre de la Terre, je me suis replié sur le milieu du monde. Ici on dit « La mitad del mundo ».

 

Hommage aux scientifiques français

 

 

 

 

 

 

 

 

La mitad del mundo est située à 20-25 kilomètres au nord de Quito et, pas besoin de cordage ni de lampe frontale, on y accède en bus pour quelques cents. La mitad del mundo est située pile poil sur la ligne de l'équateur géographique à l'endroit où une mission française – Cocorico – a prouvé par A+B (au XVIIIème siècle) que définitivement non la Terre n'est pas parfaitement ronde : Elle est « aplatie » au pôles et « ventrue » au milieu, comme bon nombre d'entre nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Permettez-moi une aparté à ce sujet.

     Ami(e)s complexé(e)s du (gros) bide, sachez qu'ici vous (et moi aussi) pesez 1kg de moins que dans nos contrées occidentales hostiles. Et ça c'est justement dû à la non-rotondité parfaite de la Terre. Pour faire simple vous pesez moins lourd ici car vous êtes plus éloignés du centre de la Terre qu'ailleurs. Enfin, quand je dis 1kg, c'est ce que racontent les guides du coin. Car des sources un peu plus scientifiques assurent qu'on ne perd que 0,3% de son poids. Vous ne perdrez donc en réalité 1kg que si vous en pesez plus de 300, auquel cas il est tout à fait raisonnable de se laisser aller au petit complexe d'obésité mentionné plus haut.

Fin de l'aparté.

 

 

     A la mitad del Mundo il y a un grand monument, genre obélisque, qui célèbre donc cette découverte, mais il y a surtout LA ligne, tracée au sol en jaune, qui matérialise le passage de l'équateur, déterminé précisément par l'équipe française. A droite de la ligne, vous êtes dans l'hémisphère nord, à gauche de la ligne vous êtes dans l'hémisphère sud. Tout le monde fait donc la même photo : un pied dans l'hémisphère sud, un pied dans l'hémisphère nord, l'être humain est vraiment resté un gamin.

 

Un homme équilibré

 

 

     Une fois qu'on a fait cette photo, et qu'on l'a refaite 5-6 fois pour être sûr, on peut faire des emplettes dans les nombreuses boutiques qui vous vendent le T-Shirt 0°0'0'' de latitude ou la casquette ou le porte-clé. On peut aussi se diriger vers le site concurrent, Mitad del Mundo II en quelque sorte, car figurez-vous que les choses sont plus compliquées qu'il n'y paraît : Il y a quelques années de ça, des gens on eu l'idée de se servir de leur GPS (précision militaire m'a-t-on dit) et - patatras ! - ils ont soi-disant découvert que la ligne de l'équateur serait en fait à 300 mètres de distance de là ! Les français se seraient donc trompés, mouais, moi aussi ça m'étonne mais bref.     

 

 

 

     On a donc construit là, à 300 mètres du premier centre, une J'ai jamais su choisirautre Mitad del Mundo, on a peint au sol une nouvelle ligne de l'équateur, et vous, vous vous prenez une nouvelle fois en photo, enfin 5-6 fois pour être vraiment sûr, un pied dans le nouvel hémisphère nord, un pied dans le nouvel hémisphère sud, avec quand même l'impression d'être pris pour un blaireau. Ici la visite est guidée et on va vous prouver que l'eau qui s'écoule d'un lavabo tourne dans un sens dans l'hémisphère sud et dans l'autre sens dans l'hémisphère nord. Et pis, pile-poil sur la ligne de l'équateur, l'eau ne tourne pas, elle file directe dans le trou.

C'est drôlement bien imité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Outre cet attrape nigaud (décidément!), ce que j'ai aimé ici c'est l'évocation du monde amazonien car l'Equateur (le pays) s'étend largement dans la forêt amazonienne. On vous montre donc à quoi ressemble une Tarantule, un boa, un anaconda, toutes bestioles qui vivent dans les forêts profondes du pays.

Mais moi ce qui m'a impressionné c'est la recette venue de là-bas, de ces tribus amazoniennes qui vivent si loin de nous, isolées à l'extrême. Et je ne vous quitterai pas sans vous en faire profiter.

 

 

Aujourd'hui, sur la parenthèse nomade et nulle part ailleurs, la recette de 

 

 

LA REDUCCIÒN DE LA CABEZA

des peuples d'Amazonie

 

 

 

  • Munissez vous d'un couteau qui coupe

 

  • Trouvez un mort fraîchement décédé. Attention, les règles sont strictes : Pas pour les chochottesle mort en question sera soit une personnalité importante de votre tribu, soit un ennemi (votre patron, un de vos enfants qui braille trop fort, Nadine Morano...).

 

 

 

  • Tranchez la tête du défunt. Contrairement à ce qui se fait de nos jours dans certaines contrées encore plus sauvages, en Amazonie on ne coupe la tête que d'un être humain déjà mort !

 

 

 

 

 

 

 

  • Séparez délicatement le Les os pour le chiencrâne de la peau. C'est facile et amusant,c'est pareil que quand on enlève la peau d'un lapin. Si vous vous ratez, vous avez sûrement dans les parages un 2ème enfant qui braille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Passez quelques minutes la Surveillez la cuissonpeau du visage dans l'eau bouillante à feu doux (thermostat 5). C'est trop marrant, le visage rapetisse à vue d’œil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Atelier couture : Avec du fil et Attention à pas se piquerune aiguille, cousez la bouche pour éviter que l'âme du défunt ne s'en échappe. Si c'est un ennemi cela l'empêchera d'aller se réincarner ailleurs pour vous nuire plus tard, si c'est une personnalité aimée, cela vous permettra de conserver près de vous une âme bienfaisante, porteuse de chance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Avec un galet, nettoyez l'intérieur Le nettoyage, la corvée(il reste toujours un peu de viande accrochée).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Et voilà votre recette terminée ! Si la tête est celle de Mitad 08votre ennemi, affichez-la plantée au sommet de votre lance (comment ça vous n'avez pas de lance?). S'il s'agit d'un être adulé, portez-la en pendentif, vous allez faire fureur dans les soirées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà l'travail     Pour être tout à fait complet, je dois préciser que l'Amazonie, c'est comme chez nous : les traditions se perdent. Ainsi les tribus qui naguère pratiquaient cette coutume fort sympathique ne la tolère plus que pour les animaux, singes notamment.

 

Où va le monde, je vous l'demande.